«Aquarius» un film impressionnant mais très critiqué au Brésil

0
6

Œuvre du réalisateur brésilien Kleber Mendonça Filho Aquarius est maintenant un modèle pour la résistance au Brésil…un fil qui n’est pas passé inaperçu lors de a première projection au Festival de Cannes. D’ailleurs, le réalisateur n’avait pas hésité de brandir une petite feuille sur laquelle, il avait écrit « un coup d’état s’est produit au Brésil » au moment où son équipe gravissait les marches du festival.

En s’attaquant à la destitution de la présidente brésilienne, Dilma Roussef, le film est confronté à ce qui apparaît comme une censure qui par rapport à son contenu et l’aplomb de l’acteur principal incarne à la fois, la présidente d’un point artistique et politiquement.

En fait, Aquarius est l’histoire de Clara une femme âgée qui a vaincu le cancer du sein et qui après avoir perdu son époux se lance dans une bataille contre les promoteurs immobiliers qui veulent à tout prix racheter son appartement qui est le seul bien qui lui reste, car il fait face à la mer.

C’est une femme décidée qui se bat seule face à tous afin de garder ses souvenirs et son intimité et qui n’arrive pas à comprendre ses parents et la léthargie de ses voisins qui ont vendu leurs maisons et qui la pressent sur fond de menaces.

Mais Clara se présente comme un personnage moderne qui veut résister à un système injustifié, qui représente un moment de résistance dans un pays figé par plusieurs affaires politiques et dissemblances entre les couches sociales. Très brillante, Sonia Braga qui incarne le personnage du film apporte du suspense, de l’humour et un aspect fantastique, au point où on se demande comment il n’a pas pu remporter un prix au Festival de Cannes, ce qui va faire plaisir aux détracteurs du film au Brésil.

Des attaques de toutes parts

Le film a tellement été impressionnant qu’il a poussé l’ex président brésilienne destituée qui a réagi sur Twitter pour féliciter l’équipe qui a réalisé le film. Sauf que le film ne fait que faire des vagues depuis…

En premier le jour de la présentation du film où il est applaudit. Tout le monde s’attendait à ce qu’on lui attribue ne fut ce que le prix de l’interprétation décerné à l’actrice ou encore la palme d’or. Mais la présentation ovationnée a été suivie par une vague de critiques venant par exemple de Marcos Petrucelli qui indexe la position adoptée par l’équipe du film « c’est un film avilissant ». Ce n’est pas tout quand, car il ajoute que ce « film réalisé à l’aide de l’argent du contribuable est une honte pour le Brésil ».