Dans son épreuve face à Nike, Adidas recrute à Henkel son PDG en vogue

Recherchant le changement dans sa course contre Nike, Adidas sera maintenant conduit par le Danois Kasper Rorsted, un dirigeant en mode volé au fabricant de produits d’hygiène et d’entretien Henkel.

Grand amoureux de football, M. Rorsted, 54 ans, qui était le patron de Henkel depuis 2008, prendra ses fonctions au 1er octobre. Mais il va travailler au siège à Herzogenaurach (sud) à partir du 1er août, pour gérer une « transition harmonieuse » avec le PDG actuel Herbert Hainer, d’après une annonce d’Adidas.

L’équipementier sportif avait en fait annoncé qu’il cherchait depuis le printemps dernier un remplaçant à M. Hainer, PDG de l’équipementier depuis 2001, et qui avait toujours déclaré qu’il ne démissionnerait pas et attendrait la fin de son contrat qui devait s’arrêter fin en mars 2017.

Action en hausse de 6,25% à 89,26 euros

A 61 ans, sa durée hors pair à la tête d’un grand groupe du Dax l’indice phare de la Bourse de Francfort faisait redouter un phénomène de vétusté. Son mandat a d’ailleurs été altéré par une année 2014 épouvantable malgré le Mondial de football au Brésil, entrainant une révolte des investisseurs.

Cette défiance s’est traduite par une hausse de l’action d’Adidas lundi de 6,25% à 89,26 euros. Le fait que le changement du PDG soit annoncé a suffi à l’entreprise de bénéficier d’une capitalisation boursière de la société d’un milliard d’euros.

« La réaction du cours de Bourse parle d’elle-même », indique à l’AFP un porte-parole du fonds Union Investment, un des 20 premiers actionnaires d’Adidas, qui travaillait pour qu’un recrutement du nouveau PDG soit fait à l’extérieur.

Amoureux de foot

Avec un physique sportif, une bonne connaissance de l’allemand et de l’anglais, amoureux du Bayern de Munich dont le sponsor n’est autre, qu’Adidas, M. Rorsted était attendu depuis de nombreux mois pour diriger le groupe.

Ce dernier « a été un bon patron chez Henkel (…) et bénéficie d’un bon témoignage, c’est un bon choix », explique à l’AFP Andreas Riemann, analyste chez Commerzbank.

Partager
Geekette, je suis fan de musique, d'art et de littérature. A bientôt :)