L’assurance automobile télématique pourrait connaître une hausse dans quelques années

17%, c’est le chiffre que pourrait représenter le marché de la voiture connectée en Europe à partir de 2020. C’est du moins ce que révèle une étude du cabinet Deloitte. Cette étude explique que les citoyens européens préféreraient partager leurs informations avec les assureurs qu’avec les constructeurs.

L’étude qui a été dévoilée mardi par le cabinet montre que les offres reposant sur la télématique à travers des capteurs placés dans les voitures ou des applications sur smartphones pourraient gagner une part de marché de 17 % du marché de l’assurance auto en Europe d’ici 2020, représentant la cagnotte de 15 milliards d’euros de primes. Mais en attendant, l’assurance connectée demeure encore à ses débuts.

Mais dans ce domaine, certains pays se démarquent comme le Royaume uni où la télématique représente 15% du marché soit 450 mille contrats d’assurance en 2015 et l’Italie avec plus de 4,5 millions contrats 2015. Mais le reste des pays européens progresse lentement comme la France où il n’y a qu’Allianz et Direct Assurance qui proposent des offres dans ce domaine avec des contrats qui propose des baisses sur la prime suivant le comportement au volant.

Allianz revendique 16 000 contrats en ce qui concerne la télématique. Une manne qui lui a donné la possibilité de collecter 61 millions de kilomètres effectués, alors que Direct Assurance, afficherait une manne de 18 millions de kilomètres.

D’après les estimations de Deloitte, basée sur un échantillon de 15000 usagers dans 11 pays européens est partie du principe selon lequel les assureurs vont concevoir ce genre de produits, et montre d’un autre côté, une réponse des consommateurs qui veulent désormais partager leurs informations et d’aller vers un autre assureur.

« Ce qui est impressionnant, c’est que les clients sont de plus en plus confiants envers les assureurs. Ils préfèrent échanger leurs données avec les assureurs qu’avec les constructeurs automobiles. Ils sont également plus motivés d’échanger leurs informations de conduite par rapport aux informations recueillies sur les médias sociaux », précise, Arthur Dutel, manager chez Deloitte. Par ailleurs, on note que les consommateurs européens sont de plus en plus nombreux à changer d’assureurs.

Partager
Geekette, je suis fan de musique, d'art et de littérature. A bientôt :)