Signature de l’accord sur le travail du dimanche à la Fnac par la CFDT

Après que la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) et la Confédération française de l’encadrement (CFE-CGC), qui ont signé l’accord portant sur le travail dominical, c’est au tour de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) de signé ce mardi 19 janvier de parapher le projet d’accord sur le travail du dimanche et en soirée à la Fnac. L’accord pourrait être signé. Les discussions ont fini sur un « projet qui semble porteur de nombreuses garanties », explique le syndicat.

La Confédération générale du travail (CGT), l’Union syndicale Solidaires (SUD) et Force ouvrière (FO), qui ne sont pas d’accords avec l’extension du travail dominical autorisée par la loi Macron, disposent cependant des 50 % essentiels pour faire possiblement abolir l’accord. Les centrales salariales ont jusqu’à mercredi pour se décider sur le texte, présenté à la signature depuis le 11 janvier.

« Volontariat » et « réversibilité » du choix

Pour les magasins ouverts couramment le dimanche, et surtout ceux situés en zones touristiques internationales (ZTI), 12 dimanches seront majorés à 200 %, plus clairement, ils seront payés triple, et 40 dimanches majorés à 100 %, qui seront payés double. Pour ceux ouverts quelquefois, la majoration sera de 100 %, avec repos compensatoire, comme l’indique la loi pour les 12 dimanches dits « du maire ».

La CFDT a parlé aussi d’autres garanties comme, le « volontariat » des salariés et la « révocabilité » de leur choix, la confiance de deux jours de repos consécutifs pour les travailleurs à temps plein, la prise en charge des frais de taxis, et d’une majorité des frais de garde.
Depuis la loi Macron, il n’ya pas beaucoup d’accords sur l’extension du travail dominical qui ont été signés comme chez Zara.

Partager
Geekette, je suis fan de musique, d'art et de littérature. A bientôt :)